Ce 2 décembre avait lieu le conseil de Bordeaux Métropole. Les élus ont débattu et voté la délibération visant à l’« Amélioration de la desserte des communes de Saint-Médard-en-Jalles, Le Haillan, Eysines et Le Taillan-Médoc par l’extension du réseau de tramway ».

Ces villes du quadrant Nord-Ouest comptent parmi les territoires métropolitains à enjeu de premier ordre par leur bassin d’emplois – notamment de grands groupes mondiaux comme Airbus Safran Launchers, Dassault, Thales – et leurs pôles d’habitat, Saint-Médard-en-Jalles et Le Haillan représentant une population de 40 000 habitants. Leur situation géographique de porte d’accès NordOuest de la Métropole bordelaise, notamment par le Médoc, renforce la nécessité de consolider l’offre de transport en commun par la création de lignes performantes et d’extension du réseau.

Cette délibération a pour objet d’ouvrir ce projet à la concertation publique aux communes de Saint-Médard-en-Jalles, Le Haillan, Eysines et Le Taillan Médoc, afin d’étudier et de débattre autour de tracés potentiels : l’extension de la ligne D depuis Eysines Cantinolle vers Saint-Médard centre, souhaitée par la municipalité de Saint-Médard-en-Jalles et par le collectif Urgence Grande Ligne D, mais aussi l’extension de la ligne A depuis Le Haillan-Rostand.

Á cette occasion, plusieurs élus métropolitains sont intervenus pour rappeler l’importance de cette délibération, qui va permettre d’ouvrir le dialogue avec la population sur une question majeure pour l’avenir du quadrant Nord-Ouest.

Patrick BOBET, Maire du Bouscat et Vice-Président de Bordeaux Métropole en charge des Finances, a insisté sur la nécessaire solidarité entre les communes, qui avait amené la municipalité du Bouscat à accepter le passage sur son territoire de la ligne D malgré les fortes contraintes, mais aussi sur la logique économique d’une extension de la ligne D, qui présente des ratios de rentabilité positifs. « Ce dossier, qui entre parfaitement dans notre Plan Pluriannuel d’Investissements, est un bon dossier », a-t-il déclaré.

Nicolas FLORIAN, Adjoint au Maire de Bordeaux, a rappelé l’importance d’ouvrir le débat : « Je m’étonne qu’on s’étonne d’ouvrir une concertation ! », en pointant la « logique territoriale » et le besoin de desserte du quadrant Nord-Ouest. Il a rappelé que le groupe Communauté d’Avenir avait soutenu en son temps, dans le même esprit, le « tram train » de Blanquefort.

Michel DUCHENE, Vice-Président de Bordeaux Métropole, est intervenu pour témoigner de « l’attachement de Jacques MANGON au développement des déplacements doux et des pistes cyclables », en rappelant le caractère de « projet mixte » (piétons, vélo, tramway) dans le scénario de l’extension de la ligne D.

Agnès VERSEPUY, Maire du Taillan-Médoc et Vice-Présidente de Bordeaux Métropole, a noté « les impacts positifs » du projet pour sa commune et a manifesté son plein soutien à la démarche de concertation.

Max GUICHARD, Président du groupe communiste à Bordeaux Métropole, a annoncé le vote positif de son groupe : « Nous n’avons pas un goût immodéré pour les extensions de tramway, mais nous avons un goût immodéré pour la concertation ! »

Jacques MANGON, Maire de Saint-Médard-en-Jalles et Vice-Président de Bordeaux Métropole, a, pour sa part, remercié le Président Alain JUPPÉ pour cette « étape importante dans un dossier majeur pour Saint-Médard, 6e ville de l’agglomération, pour toute la Métropole, et en particulier sa partie périurbaine, mais aussi pour les communes du Médoc, dont plusieurs ont voté des motions de soutien à la Grande Ligne D. »

Il a, par ailleurs, dénoncé les « mensonges », contraires à l’éthique du débat public, qui sont entretenus par certains sur ce projet et a rétabli les vérités : la Grande Ligne D est un projet peu coûteux (50 M€), efficace (Saint-Médard centre à 35 mn des Quinconces et 45 mn de la gare Saint-Jean sans rupture de charge), fortement fréquenté (4 à 5000 voyageurs / jour) donc rentable (avec des ratios positifs), parfaitement compatible avec le BHNS, préservant la piste cyclable, le cadre de vie des riverains et l’environnement naturel. « La Grande Ligne D est un projet écologique par le report modal qu’il va entraîner, comme le prouve le récent sondage IFOP : 86% des Saint-Médardais seraient prêts à abandonner leur véhicule pour le tramway », a ainsi conclu Jacques MANGON.

Le Président Alain JUPPÉ a réaffirmé avec force son soutien à la démarche : « Nous avons voté le BHNS qui prévoit cette liaison. Les deux projets de tramway et de BHNS ne sont pas antagonistes mais complémentaires ». Il s’est adressé en ces termes à certains élus de la minorité : « Vous cherchez tous les motifs dilatoires pour bloquer l’opération. Il est clair que la concertation se déroulera, en pleine transparence. Ce projet n’est pas en cause. Il avance ! »

Le rapport a été adopté à une large majorité, avec les voix du groupe Communauté d’avenir et du groupe communiste, les groupes socialiste et EELV s’abstenant et Jacques GUICHOUX (élu d’opposition PS-PRG de Saint-Médard-en-Jalles) votant contre l’ouverture de cette concertation.